Présentation et configuration des Raw Device Mapping ( RDM )

Avant de présenter l’ajout d’un disque Raw Device Mapping, nous allons faire un petit rappel de ce qu’est le RDM. Un RDM est fichier particulier ou fichier dit de mappage qui se trouve dans un volume VMFS et qui gère les métadonnées pour son périphérique mappé.
Ce fichier agit comme un proxy pour un périphérique de stockage physique (LUN, …) et vous donne certains avantages de l’accès direct au périphérique physique tout en conservant les avantages du disque virtuel VMFS.

On le retrouve sous deux « formes ».

Mode de compatibilité physique : Virtualisation SCSI minimale du périphérique mappé
– La taille peut dépasser 2 To (minimum VMFS5)
– Permet un accès direct au périphérique SCSI pour les applications ayant besoin d’un niveau de contrôle inférieur
– VMkernel transmet toutes les commandes SCSI au périphérique sans exception : la commande LUN est virtualisée afin que VMkernel puisse isolée le LUN pour la VM propriétaire.
– Est utilisé pou exécuter des agents de gestion du SAN
– Vous ne pouvez pas utiliser un snapshot avec le disque

Mode de compatibilité virtuelle : Virtualisation totale du périphérique mappé
– Taille maximale de 2To
– Permet à un RDM d’agir exactement comme un fichier de disque virtuel, y compris l’utilisation des snapshots
– VMkernel transmet uniquement les commandes READ et WRITE au périphérique
– Pour l’OS invité, il apparait comme un fichier de disque virtuel dans un volume VMFS
– Les caractéristiques réelles du matériel sont masquées

Un RDM fournit un certain nombre d’avantage, mais il ne doit pas être utilisé systématiquement.

Configuration d’une VM avec des RDM

Soit lors d’une création de VM, soit lors de l’ajout d’un disque, dans la partie ajout de disque, choisir un disque Raw Device Mappings :

Sélectionner la LUN cible auquel votre VM accède directement :

Sélectionnez une banque de données pour le fichier de mappage RDM :

Sélectionnez le mode de compatibilité selon vos besoins :

Sélectionnez un nœud de périphérique virtuel puis terminez l’ajout de disque.

Vous noterez que lorsque vous donnez à votre VM un accès direct à un LUN, vous créer un fichier de mappage (RDM) stocké dans une banque de donnée en .vmdk comme n’importe quel disque virtuel. Cependant ce fichier contient seulement les informations de mappage vers la LUN physique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code class="" title="" data-url=""> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <pre class="" title="" data-url=""> <span class="" title="" data-url=""> 


*